Votre panier Vide

Holden

Juin 25, 2011

Suite à quelques années formatrices passées à Dublin, HOLDEN est repéré par le label Lithium et sort en 1998 un premier album, L'Arrière-Monde. Le groupe, formé autour d'Armelle Pioline et Mocke, publie par la suite Pedrolira, Chevrotine et Fantômatisme, trois albums essentiels à tout fan de pop française éclairée, et rencontre, avec chacun d'entre eux, un succès critique et public grandissant.

Elégante et inventive, la musique de Holden navigue entre ritournelles pop et expérimentations, le tout servi par une guitare inspirée, des textes suggestifs et une des voix les plus séduisantes de la pop française.

Produit par Uwe Schmidt (ATOM™, SENOR COCONUT) depuis Pedrolira et ayant sorti en ce début d'été 2011 L'Essentiel, un double album retraçant son parcours depuis ses débuts en Irlande, le 7ème Ciel fut ravi de recevoir, avant Catchers en aôut 2011, un autre groupe dont le nom est inspiré par le roman de J.D. Salinger, L'Attrape-cœurs.

Chroniques

Après avoir vu passer dans ses rangs un nombre assez conséquent de musiciens au fil du temps, HOLDEN est revenu à la formation des tout débuts dublinois, le duo Armelle/Mocke. Si chacun mène un autre projet en parallèle (SUPERBRAVO pour la première, MIDGET pour le second, on recommande les deux), ils n'ont pas pour autant abandonné le groupe qu'ils ont formé il y a une quinzaine d'années. Une rétrospective en 2 CD, L'Essentiel (un disque rassemblant des extraits des albums, un autre compilant raretés et inédits) vient de sortir, et un nouvel album est en préparation. Bons prétextes pour se produire sur scène, dans une formule forcément intimiste. Après des concerts à la Loge, au Zèbre de Belleville et à l'International, c'est sur la petite terrasse toujours aussi accueillante du 7ème Ciel qu'on retrouvait le tandem complice samedi dernier.

Le Sacré Coeur illuminé à l'arrière-plan, la Grande Ourse au-dessus, quelques bonnes bouteilles pas très loin, toutes les conditions semblent réunies pour passer une excellente soirée. Le groupe est venu avec un bagage léger : un tout petit ampli et trois pédales d'effets pour la Fender de Mocke, des instruments peu encombrants (clavier Yamaha, stylophone, morceau de carton en guise de batterie, tambourin...) pour Armelle, qui chante sans aucune amplification - mais le lieu n'est pas grand, et le public très silencieux hors applaudissements.
Holden a divisé son concert en deux sets d'environ quarante minutes séparés par une pause d'un quart d'heure, histoire de se dégourdir les jambes et de remplir son verre.

On avait loué la production d'UWE SCHMIDT, riche de détails sonores, sur Pedrolira et Chevrotine. Mais, comme le duo le prouve ce soir-là, ses chansons tiennent parfaitement la route sans ce traitement (d'ailleurs abandonné pour l'album suivant, Fantomatisme, au profit d'une approche plus spontanée). Disons une fois de plus combien Mocke est un formidable guitariste, au phrasé jazzy et velouté de toute beauté, sachant s'éloigner des versions studio pour reconfigurer les morceaux à la dimension du duo. Idem pour Armelle, dont la voix au naturel, davantage dégagée des contraintes rythmiques que dans une formule de groupe, s'avère plus ensorcelante que jamais. Une vingtaine de morceaux passent comme dans un rêve, dont pas mal de petits classiques (Madrid, C'est plus pareil, Sur le pavé, Une fraction de seconde, Dans la glace et autres merveilles), ainsi que leur toute première composition, chantée en anglais par Mocke, et une poignée de nouveaux morceaux, avec quelques menus plantages aussitôt oubliés dans un éclat de rire d'Armelle.

Même si l'on regrette que le groupe n'ait jamais rencontré le large public auquel il pouvait prétendre, on se dit que c'est peut-être là, en petit comité et à la belle étoile, sans autres enjeux que celui du plaisir partagé, qu'Holden touche... à l'essentiel.

– POPnews / Vincent Arquillière

Holden

Saison 1 Archive

  • The Sleeping Years
  • Dave Olliffe & Frédéric D. Oberland
  • Les Fragments de la Nuit
  • Michael Wookey
  • Richard Lewis
  • In Gowan Ring
  • And Also The Trees
  • Heligoland

Saison 2 Archive

  • Frànçois,<br /> Luc
  • Chapi Chapo & Les Petites Musiques de Pluie
  • Orouni,<br /> Michael Wookey
  • Glen Johnson & Angèle David-Guillou
  • Kwoon
  • Whalebone Polly,<br /> Ladybird,<br /> Rozi Plain

Saison 3 Archive

  • Tiago Sousa
  • Vradiazei
  • The Hand,<br /> Ichi,<br /> Andy Skellam
  • Birch Book
  • Loney Dear,<br /> Tom Cooney
  • Robert Gomez,<br /> Erica Buettner,<br /> The Resident Cards
  • Alexandre Varlet
  • Josh T. Pearson
  • Lolito
  • Maud Lübeck,<br /> Julien Ribot
  • Transbeauce,<br /> Diego Zavatarelli
  • The Daredevil Christopher Wright

Saison 4 Archive

  • Mark Fry,<br /> We Were Hunters
  • Holden
  • Mark Beazley,<br /> Belle Arché Lou
  • Theo Hakola
  • Pete Astor,<br /> A-Lix
  • Jérôme Minière,<br /> Agathe
  • The Missing Season,<br /> Perce-Neige
  • Catchers,<br /> This Is The Kit

Out of Season

  • Gareth Dickson,<br /> Fiodor Dream Dog
  • Flip Grater,<br /> B’ee,<br /> French For Rabbits

Dehors

  • And Also The Trees
  • In Gowan Ring,<br /> Lisa o Piu,<br /> Diego Zavatarelli
  • Theo Hakola,<br /> Lolito,<br /> Alexandre Varlet,<br /> Maud Lübeck
  • In Gowan Ring,<br /> Goodbye Ivan
  • Horla Patrie,<br /> Richard Lewis
  • Minors,<br /> Daniel Chavis
  • Heligoland,<br /> She Owl