Votre panier Vide

Lolito

Juillet 30, 2010

LOLITO est un démon pop-rock à quatre têtes sorti de sa coquille en 2009 et lancé à vive allure. En plein enregistrement de leur premier album, c'est avec un brin d'appréhension que nous vîmes Lolito débarquer au 7ème Ciel. Qu'allaient donc donner dans un cadre électro-acoustique ces chansons habituellement électrifiées ainsi que l'énergie que ce jeune groupe français déploie normalement sur scène ?

A vrai dire, notre inquiétude s'est très vite dissipée. Dès les premier titres, nos quatre énergumènes ont su trouver le juste équilibre entre un dynamisme fort bien géré et toute la retenue qu'exige le lieu. Il faut dire que sous la fraîcheur de Lolito se cache un vrai talent de composition. Il n'est donc guère étonnant que leurs chansons passent l'examen de l'exercice acoustique avec brio.

Si le format pop est au cœur de l'entreprise, Anne, Florence, Mathias et Michel développent par ailleurs des titres plus fragiles qui leur permettent de parcourir des voies moins balisées. Il est d'ailleurs surprenant de constater à quel point ces divers registres, adroitement liés, ne nuisent en rien à la cohésion de l'ensemble.

C'est donc un 7ème Ciel revigoré et plus heureux que jamais d'exister que Lolito laissa derrière lui en cette belle nuit de juillet.

Photos

Chroniques

Ok, ça n'aura pas lieu dimanche prochain mais il fallait absolument que je vous raconte ma soirée au 7ème Ciel.

Il y a quelques semaines, j'entends parler de ces concerts improvisés sur la terrasse d'un particulier, face au Sacré Cœur de Montmartre. Pof, ni une ni deux, je participe au petit concours organisé, car on ne sait jamais, ça pourrait être sympa. Et, là miracle. Je gagne. Moi qui ne gagne jamais à aucun concours !

C'est tous frétillants de curiosité qu'avec Kevin, votre photographe préféré, on s'est rendus vendredi soir, au rendez-vous fixé… devant un café. Là, les regards jouaient au chassé-croisé, impatients de déceler le signe d'une quelconque attente dans l'attitude des autres personnes présentes. Qui est le mystérieux organisateur de la soirée ? Tous les gens qui poireautent là devant, sont-ils aussi invités ? Bref, une foultitude de questions se bousculaient lorsque Guillaume est arrivé, guest list à la main. Cap enfin sur le fameux appartement.

A quelques pâtés de maisons de là, au fin fond du dix-huitième arrondissement, se trouve la clé du 7ème ciel. Au 7ème étage d'un immeuble quelconque, la porte s'ouvre sur un escalier en colimaçon. Tout en haut, c'est comme à la maison. Bienvenue dans un appartement comme le vôtre avec des CD et des bouquins éparpillés tout partout sur la table de la cuisine, le café à moitié avalé du petit-déjeuner. Presque comme chez vous. A la différence près que l'appartement est doté de deux superbes terrasses avec vue panoramique sur le Sacré Cœur de Montmartre et les plus adorables des toits de Paris. 

Au début, c'était assez déboussolant. Pousser la porte d'un appart avec 30 autres inconnus sur ses talons, ça fait bizarre. Mais la session apéritif prévue sur la première terrasse avant le concert est venue à bout de nos hésitations. Les lanternes disséminées, le lit de verdure que formait le lierre sur les dalles et toujours, cette vue sur Montmartre et la voie lactée. A peine le temps de me répandre en soupirs de jeune fille débutante qu'il était déjà l'heure du concert.

Sur la seconde terrasse d'une vingtaine de mètres carrées, c'est le groupe LOLITO que l'on est venus écouter. Un groupe de quatre artistes très pop rock, un peu arty. La chanteuse a commencé son hymne sur fond acoustique très réussi. Le lampe de chevet, posée sur le côté faisant écho aux lumières de Montmartre, là-bas, au fond, sur cette toile de maître.

45 minutes plus tard, des applaudissements. Puis, les murmures de la nuit des derniers invités attardés sur la terrasse. "- Dis, on va y aller ?" L'espace d'un instant, je me suis retournée en quête d'un regard à qui dire au-revoir. Inutile. Ici, on emporte avec soi la magie d'une belle soirée et ça suffit pour se dire : liberté.

– Cdimancheaparis / Romy

Lolito

Saison 1 Archive

  • The Sleeping Years
  • Dave Olliffe & Frédéric D. Oberland
  • Les Fragments de la Nuit
  • Michael Wookey
  • Richard Lewis
  • In Gowan Ring
  • And Also The Trees
  • Heligoland

Saison 2 Archive

  • Frànçois,<br /> Luc
  • Chapi Chapo & Les Petites Musiques de Pluie
  • Orouni,<br /> Michael Wookey
  • Glen Johnson & Angèle David-Guillou
  • Kwoon
  • Whalebone Polly,<br /> Ladybird,<br /> Rozi Plain

Saison 3 Archive

  • Tiago Sousa
  • Vradiazei
  • The Hand,<br /> Ichi,<br /> Andy Skellam
  • Birch Book
  • Loney Dear,<br /> Tom Cooney
  • Robert Gomez,<br /> Erica Buettner,<br /> The Resident Cards
  • Alexandre Varlet
  • Josh T. Pearson
  • Lolito
  • Maud Lübeck,<br /> Julien Ribot
  • Transbeauce,<br /> Diego Zavatarelli
  • The Daredevil Christopher Wright

Saison 4 Archive

  • Mark Fry,<br /> We Were Hunters
  • Holden
  • Mark Beazley,<br /> Belle Arché Lou
  • Theo Hakola
  • Pete Astor,<br /> A-Lix
  • Jérôme Minière,<br /> Agathe
  • The Missing Season,<br /> Perce-Neige
  • Catchers,<br /> This Is The Kit

Out of Season

  • Gareth Dickson,<br /> Fiodor Dream Dog
  • French For Rabbits,<br /> Flip Grater,<br /> B’ee

Dehors

  • And Also The Trees
  • In Gowan Ring,<br /> Lisa o Piu,<br /> Diego Zavatarelli
  • Lolito,<br /> Alexandre Varlet,<br /> Maud Lübeck,<br /> Theo Hakola
  • In Gowan Ring,<br /> Goodbye Ivan
  • Horla Patrie,<br /> Richard Lewis
  • Minors,<br /> Daniel Chavis
  • Heligoland,<br /> She Owl